Chaque mois, comme vous le savez, nous interrogeons les cardiologues et les diabétologues, via un questionnaire en ligne, sur leurs habitudes et leurs préférences face à une situation clinique donnée. Les 2 derniers questionnaires ont dérogé à la règle et nous vous avons interrogés sur votre attitude face à la vaccination COVID. Vous trouverez ci-dessous la synthèse de vos réponses pour le second questionnaire (enquête menée entre le 29 mars et le 21 avril 2021).

 

NOTE DE LA RÉDACTION :

Le Dr P K à Marseille m’a judicieusement fait remarquer que je n’avais pas prévu le cas de figure où certains d’entre vous auraient déjà eu la COVID et donc n’auraient eu qu’une seule vaccination !
Mea maxima culpa !

 

Conclusion

Le vaccin le plus utilisé (de loin) a été celui de Pfizer BioNtech (plus de 80 % des cas) suivi du vaccin AstraZeneca. Dans la première enquête, 60 % rapportaient des effets secondaires, essentiellement des douleurs locales. Ici, 51 % décrivent des effets secondaires après la première injection, dont 29 % sont assez importants (≥ 4 sur une échelle de sévérité de 1 à 10) et 54 % après la seconde injection, dont 38% assez marqués. L’effet secondaire le plus fréquent est la douleur locale (30 à 40 % des cas). La durée des effets secondaires n’excède 48 heures que chez environ 10 %, aussi bien après la première qu’après la seconde injection.
Ces résultats sont amusants à mettre en parallèle avec ceux recueillis lors des essais cliniques et dans des conditions réelles d’utilisation par l’application V-safe aux USA 1 . Dans les essais, 80 % rapportent des réactions locales avec le vaccin Pfizer-BioNtech et 50 % après le vaccin AstraZeneca.
Les données américaines font état de 68 % de réactions locales après la première dose et de 75 % après la seconde. Après la seconde dose, des céphalées et des courbatures sont signalées dans 42 % des cas, et une fatigue générale dans 50 % des cas ; 25 % ont eu de la fièvre. Globalement donc, on peut conclure que nos lecteurs sont plus résistants que la population générale : les effets secondaires sont à peu près les mêmes, mais avec une fréquence plus faible de 15 à 40 % !
Bravo donc, continuez à prendre la vie du bon côté et à voir le positif plutôt que le négatif, même après vous être faits sauvagement piquer l’épaule !

 

Nicolas Danchin

1. Nature 2021; 590: 538-540

Commentaire(0)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer