Marine Thuillot et Ardalan Sharifzadehgan Unité de Rythmologie, HEGP
mthuillot21@gmail.com ; ardalan.sharifzadehgan@aphp.fr

Il s’agit d’une patiente de 69 ans, sans antécédent cardiovasculaire, qui se plaint de palpitations depuis 1 mois. Voici son ECG per-critique…

Et après réduction…

QUEL EST VOTRE DIAGNOSTIC ?

Réponse :

 

Il s’agit d’une tachycardie irrégulière à QRS larges à 150/min en moyenne.

Les QRS sont larges à type de retard droit avec quelques atypies pour un bloc de branche droit notamment le signe des oreillettes du lapin en V1 (ou signe de Marriott) avec ici R>R’ (^).

L’axe des QRS est dévié à gauche à -90° (négatif en inférieur et isoélectrique en D1).

On distingue très bien une activité atriale notamment dans les dérivations inférieures où elle apparait négative (*).

Cette activité apparait irrégulière avec moins d’ondes p que de QRS ce qui signe la dissociation auriculo-ventriculaire et confirme le diagnostic de tachycardie ventriculaire.

L’intervalle RP ( ) constant et la morphologie négative de l’activité atriale témoigne de son origine rétrograde.

Enfin, sur le tracé en rythme sinusal après réduction, il apparait une ESV ( * ) de la même morphologie que les QRS en tachycardie suivie d’une onde p rétrograde (*) ce qui conforte le diagnostic.

Trucs et Astuces

On rappelle à travers ce cas que le caractère irrégulier d’une tachycardie n’exclut en rien son origine ventriculaire. Devant toute tachycardie à QRS larges même si elle est irrégulière, voici quelques points à regarder sur l’ECG :

  • La morphologie des QRS : s’agit-il d’un aspect de BBG ou BBD typique ?
    Et comparaison avec le QRS en rythme sinusal (bloc de branche préexistant ?).
  • S’acharner à trouver l’activité atriale en analysant attentivement l’onde T (est-elle déformée ?) et le segment ST dans toutes les dérivations. Elle est d’autant plus facile à identifier que la tachycardie est lente (plus difficile à distinguer lorsque la FC > 170-180/min).
  • Lorsque l’activité atriale est visible, rechercher la dissociation atrio-ventriculaire.
  • En l’absence d’ondes p identifiables, rechercher une capture ou fusion (y-a-t-il des morphologies différentes de QRS ?) sur l’ensemble du tracé bien que peu fréquentes.
Commentaire(0)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer