Projet du Club des Jeunes Imageurs de la SFC : Formation à l’ETO sur simulateur pour les internes dans le cadre de l’étude randomisée « SIMULATOR » ! 

 

Le Club des Jeunes de la Filiale d’Imagerie Cardiovasculaire, a récemment élaboré un projet national de formation à l’échographie transœsophagienne (ETO) réalisé sur simulateur. Ainsi, Théo Pezel, Augustin Coisne, Julien Dreyfus, Yoan Lavie Badie, Damien Fard, Arnaud Hubert, Lee Nguyen, Yohann Bohbot, membres du bureau du Club des Jeunes de la FIC, ont mis en place depuis novembre 2020 ce programme de formation dédié aux Internes de Cardiologie.

 

Dans cet article, nous reviendrons sur les temps forts passés, actuels, et futurs de cette grande aventure collective pensée par des jeunes, pour des jeunes, et qui a réussi à se maintenir et à s’épanouir malgré les conditions sanitaires difficiles liées à la COVID-19.

 

 

 

L’enseignement par simulation au cœur du futur des jeunes médecins 

 

Très récemment, l’enseignement par simulation est devenu obligatoire à la formation et à l’évaluation des externes en France. En effet, plusieurs études suggèrent un intérêt majeur pour les apprenants en termes d’acquisition des compétences techniques, de gestion du stress et d’apprentissage théorique à l’aide d’un mannequin de simulation. De plus, lors d’un sondage réalisé par le Collège des Cardiologues en Formation (CCF) lors du congrès de l’ESC 2019 à Paris auprès de 172 jeunes cardiologues : « seulement 48% des jeunes cardiologues sondés évoquent avoir déjà participé à une séance de simulation, alors que 91% des jeunes sondés pensent que l’enseignement par simulation est « très important ou indispensable » à la cardiologie ». 

 

Bien que de nombreux centres en France aient déjà développé leur propre programme de formation sur mannequin de simulation et proposent ce type de formation depuis des années à leurs internes, il existe encore une certaine disparité en ce qui concerne l’accès à la formation par simulation à travers la France. En effet, cette logistique a un coût humain et fi nancier qui limite jusqu’alors le développement de la simulation encore plus largement. Ainsi, puisque l’enseignement par simulation est incontestablement le mode de formation de demain pour les étudiants en médecine, les internes, mais aussi les cardiologues expérimentés, le Club des Jeunes de la FIC a souhaité vous proposer un programme national dédié aux internes et permettant de les former à l’ETO à l’aide de ces mannequins.

 

 

Quel est le contenu Pédagogique du Programme « SIMULATOR » ? 

 

Le programme de formation « SIMULATOR » aura pour objectif de former tous les internes de cardiologie motivés et intéressés par ce projet sur deux aspects clés en ETO : 

– L’acquisition de 10 coupes standard en ETO (coupes normales) : l’objectif pour l’interne sera, à la fin de la formation, de maitriser l’acquisition des coupes de référence. 

– Anatomie de la valve mitrale : le second objectif de l’interne sera de maitriser l’interprétation de l’anatomie de la valve mitrale normale en ETO, afin d’étudier ensuite plus finement le mécanisme d’une insuffisance mitrale. 

 

En effet, le Club des jeunes de la FIC a récemment montré dans une étude publiée dans ACVD que la reproductibilité de l’évaluation de l’insuffisance mitrale est assez mauvaise et nécessite donc un apprentissage plus poussé. Il s’agit de la toute première expérience avec ce type de projet national de formation par simulation pour les internes de Cardiologie. 

 

 

Comment ce programme a-t-il été lancé et qui l’organise en pratique ? 

 

Ce projet national SIMULATOR a été pensé par le Club des Jeunes de la Filiale d’Imagerie Cardiovasculaire (FIC) lequel a été soutenu depuis le début, par la Filiale d’Imagerie Cardiovasculaire via son président le Pr Nicolas Mansencal, la Commission d’enseignement par simulation via sa présidente le Pr Anne Bernard, ainsi que la Société Française de Cardiologie à travers son président le Pr Ariel Cohen. La première particularité de ce projet est d’être une étude multicentrique permettant de diffuser l’accès à la formation par simulation dans plusieurs dizaines de centres à travers la France (Tableau 1 : Liste des centres). 

 

 

De plus, les formateurs participant à ce projet national sont plus d’une vingtaine d’experts en ETO (chef de clinique, PH, assistant, PUPH, …), mobilisés pour vous offrir une formation de grande qualité (Tableau 2 : Liste des investigateurs impliqués). Enfin, le vrai plus de ce programme est que son contenu pédagogique a été homogénéisé par le Comité Scientifique de « SIMULATOR » afin d’offrir/ de proposer un programme cohérent pour tous les internes de France. 

 

 

À qui est destiné ce programme ? 

 

Ce programme de formation est destiné à tous les internes de Cardiologie de France qui ne seraient pas entièrement autonomes en ETO. Ainsi, pour les internes qui liront cet article : vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s, n’hésitez pas à nous contacter afin d’être mis en relation avec les formateurs de votre centre ! (contact email: projetsimulator@gmail.com). 

 

Quel est le rôle de notre partenaire de choix, Twin Medical® ? 

 

Jusqu’alors l’ensemble des projets dédiés à la formation sur mannequin de Simulation était dédié aux centres qui bénéficiaient déjà d’un mannequin sur place. Or, tout l’intérêt de ce programme SIMULATOR est de permettre aujourd’hui à TOUS les centres intéressés et motivés pour participer, de faire partie de l’aventure. En effet, c’est l’occasion pour de nombreux internes de découvrir pour la première fois l’intérêt d’une formation sur mannequin ! Cet incroyable pari de pouvoir livrer sur chaque centre volontaire, un mannequin de simulation ETO haute fidélité a été rendu possible par notre partenariat avec Jérôme ESTEVES (CEO) et sur le terrain, l’ensemble de sa magnifique équipe de Twin Medical®. Sans ce partenariat entièrement gratuit (aucune dimension financière), cette étude n’aurait pas vu voir le jour, et cela nous semblait très important dans cet article, de rendre hommage à l’investissement de cette équipe, présente à nos côtés depuis plus d’un an maintenant. Cela montre à nouveau toute l’importance de savoir travailler en équipe entre cliniciens, startupers, membres de l’industrie, ingénieurs, chercheurs… pour proposer des projets à la fois intéressants et réalisables. 

 

Cette étude est actuellement en cours, mais où en sommes-nous sur le plan des inclusions ?

 

 A l’heure où nous écrivons cet article, plus de 200 internes de cardiologies ont déjà été randomisés et ont commencé ce programme de formation !! Tout cela n’aurait pas été possible sans l’investissement de tous les investigateurs impliqués. 

De plus, une nouvelle vague de centres s’est ouverte début mai avec pour objectif de passer la barre des 300 internes recrutés au total ! L’objectif est bien sûr de proposer cette formation à un maximum d’internes ! 

 

Un programme de formation pour les internes d’accord, mais alors, pourquoi en faire aussi une étude randomisée ? 

 

Tout l’originalité de ce programme « SIMULATOR » est d’associer à ce programme de formation, une véritable étude randomisée évaluant l’intérêt de la simulation pour apprendre l’ETO chez les internes de Cardiologie ! 

 

En effet, il s’agira d’une étude randomisée comparant deux groupes : 

« Groupe contrôle » : internes recevant uniquement un enseignement traditionnel de l’ETO par des cours de e-learning (contenu numérique de la base SIDES/Cardimage).

 – « Groupe simulation » : internes recevant aussi un enseignement traditionnel de l’ETO par des cours de e-learning (contenu numérique de la base SIDES/Cardimage) ; ainsi que 2 séances de deux heures de simulation sur mannequin ETO avec l’un des enseignants impliqués dans le projet. 

Concernant le critère de jugement principal, tous les internes passeront un pré-test avant que l’étude ne débute, et un post-test à 3 mois de la fin de la formation. 

Ces deux tests seront rapportés sur 200 points pour chaque interne avec :

100 points de test théorique : évalués par 20 QCM sur des cas cliniques d’ETO. 

– et 100 points de test pratique : évalués sur mannequin de simulation ETO par la qualité de l’acquisition des 10 coupes de référence validées et la capacité de l’interne à nommer les structures anatomiques visualisées.

 

 L’intérêt de réaliser cette mesure des compétences théoriques et pratiques à plus de 3 mois de la fin de la formation est de pouvoir évaluer ce que l’on appelle en pédagogie « la rétention tardive des compétences ». Autrement dit, nous pourrons évaluer finement ce que les internes ont durablement retenu de cette formation. Enfin, le fait d’avoir une mesure pré-test pour chaque interne sera l’occasion d’ajuster nos résultats sur le niveau de base en ETO de chaque interne. Cela permettra ainsi, d’évaluer l’hypothèse que la simulation améliore les compétences de l’apprenant, quel que soit son niveau initial en ETO. Ainsi, il nous semblait absolument capital de réaliser ce programme sous la forme d’une étude randomisée robuste afin de justifier auprès des autorités ministérielles et universitaires de l’importance de l’enseignement par simulation. 

En effet, c’est aussi en participant à ce programme et à travers le résultat de cette étude, que nous pourrons aider à accorder une place plus officielle encore à la formation par simulation pour tous les internes de France dans les prochaines années ! 

 

Conclusion 

 

La mise en place de ce projet « SIMULATOR » permet de mêler formation, innovation et recherche dans un esprit de diffusion de l’enseignement par simulation en ETO à travers la France. Notre projet a pour objectif de montrer que les jeunes sont toujours présents et toujours motivés pour travailler dans un esprit collaboratif. Lorsque cette étude sera terminée, les analyses réalisées et l’article présentant les résultats rédigés, nous serons ravis de revenir vers vous pour discuter de l’intérêt en pratique d’une formation des internes par Simulation.  

 

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec cet article.

 

Théo Pezel, Membre du Club des Jeunes de la FIC, Johns Hopkins Hospital, USA

Augustin Coisne, Président du Club des Jeunes de la FIC, CHU de Lille

 

Cordiam n°40, JUIN – JUILLET 2021

Commentaire(0)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer